Réseau International Ambiances | International Ambiances Network 

Nouvelles du Réseau | Network News

  From Team Members



id = "FBMainForm_1166755" action="/news.html" method = "post" onsubmit = "return false" >
News
<< Retour à la Liste


“Ces villes-là“ - Journées Hommage à Colette Pétonnet (1929-2012)
par International Ambiances Network on 


“Ces villes-là“

Journées Hommage à Colette Pétonnet (1929-2012), 29-30 septembre 2014, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense - Espace Reverdy, Bât. L

Un hommage à Colette Pétonnet aura lieu le 29 et 30 septembre 2014 à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense où elle a enseigné dans le cadre du Département d’Ethnologie. Elle fut la fondatrice avec Jacques Gutwirth (1926‑2012), du Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU) au CNRS en 1982. Son œuvre continue d’inspirer recherches et enseignements, en particulier en anthropologie urbaine mais aussi dans d’autres disciplines connexes. Car ses travaux furent pionniers sur les terrains de la ville, de la banlieue et des bidonvilles français.

Au vu de l'influence considérable de ces travaux sur les générations successives d’étudiants et sur les recherches en anthropologie urbaine, et plus généralement en ethnologie du proche, non-exotique, les journées d’hommage visent un double objectif : d’une part, retracer le parcours, remarquablement innovant pour son époque, de cette chercheuse qui a su conserver son indépendance d’esprit et affirmer son autorité auprès des institutions scientifiques ; de l’autre, ouvrir à nouveau des chantiers de recherche dont elle avait tracé les premiers repères et espérait des développements futurs. Ce sont en effet les résonances actuelles de son œuvre que ce colloque entend mettre en avant, avec la participation de chercheurs et chercheurs-enseignants confirmés, hommes et femmes qui ont trouvé inspiration dans son œuvre ou l’ont côtoyée dans son cheminement, aussi bien qu’à des étudiant(e)s, doctorant(e)s et post-doctorant(e)s.

Journée du 29 septembre 2014
Ethnologue en ville : du terrain social à l’anthropologie critique

Cette introduction aura pour objet de restituer l’originalité du regard anthropologique que Colette Pétonnet a su porter sur la réalité urbaine. Formée dans la tradition des études ethnologiques et quoique se destinant à la recherche en terrain exotique, elle a, grâce aux encouragements d’André Leroi-Gourhan, utilisé l’expérience de ses premiers terrains au Maroc pour élaborer une approche hétérodoxe et non-conformiste. Loin de tout courant dogmatique, elle a élevé une voix unique non pour dénoncer mais pour rendre leurs pleins sociaux et culturels à des mondes que la rationalité urbaine ne pouvait que condamner moralement et s’évertuait à éradiquer physiquement. Son style d’écriture est intimement lié à ses propositions qui éclairent sans écraser.C’est aussi à réfléchir sur l’élaboration d’un discours critique prenant appui sur une expérience culturelle distante pour rompre l’évidence du discours d’une société sur elle-même que les contributions s’intéressent ici.

Journée du 30 septembre 2014
Anonymat, pratiques et expériences

Si l’ethnologie urbaine a d’abord été pour Colette Pétonnet une étiquette importée, elle ne s’est pourtant pas dérobée à ce courant de réflexion. Elle a cherché la spécificité anthropologique de la grande ville en choisissant aussi comme terrain d’enquête des espaces publics à Paris ou à New York afin de réfléchir sur les constantes de l’expérience urbaine. L’essence de la ville « … est en partie contenue dans le mouvement perpétuel, la foule, l’anonymat protecteur des individus et la combinaison de ces trois termes recèle des mécanismes d’équilibre dont il me plairait bien de déceler les lois », affirmait-t-elle dans un hommage à André Leroi-Gourhan (Pétonnet 1988). Nous nous interrogerons sur le sens et l’expérience de l’anonymat dans différents contextes, la manière dont les liens faibles se déclinent ici et là. Dans le cadre de ce colloque nous souhaitons poursuivre cette réflexion dans une perspective comparative, et ouvrir ainsi la page d’une recherche collective au-delà de cette journée.

Laboratoires participants :
LAU-IIAC du CNRS/EHESS. LESC, SOPHIAPOL, IDHES, de l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Lien Permanent
Commentaire  Rechercher  
Commentaires

Aucun commentaires.
 
Flux RSS