Réseau International Ambiances | International Ambiances Network 

Nouvelles du Réseau | Network News

  From Team Members



id = "FBMainForm_1166755" action="/news.html" method = "post" onsubmit = "return false" >
News Rechercher  

 
Appel à contribution pour la revue EXERCICE(S) D'ARCHITECTURE #7 // Thématique : Détournement ... et architecture
par International Ambiances Network on 

Dans le cadre de la rédaction du prochain numéro sur le thème "DÉTOURNEMENT… ET ARCHITECTURE", le comité de rédaction de la revue EXERCICE(S) D'ARCHITECTURE lance un appel à contribution.

Forte de l’expérience conduite, à partir de 2007, autour d’EXERCICE(S) d’ARCHITECTURE, les membres de l'école renouvellent l’expérience.
Ce support représente à la fois un outil de communication interne et de communication externe. L'ouverture de la revue à des contributeurs extérieurs permet de confronter les points de vue et d'affiner la réflexion. Le département Recherche de l'école dispose d'une place à part entière au sein de la revue.
EXERCICE(S) D'ARCHITECTURE est un support de diffusion de la culture architecturale et urbaine, et a pour vocation de réunir étudiants, enseignants, chercheurs et praticiens de l’architecture. Par la présentation de projets et travaux d’étudiants, EXERCICE(S) D'ARCHITECTURE vise à ce que ses lecteurs puissent accéder à une meilleure compréhension des pratiques pédagogiques d’une école d’architecture.

Modalités pratiques de soumission des propositions :
// La proposition doit comprendre un titre provisoire, un résumé (500 à 1 000 caractères maximum, espaces compris) et les coordonnées de tous les auteurs. L'envoi de la proposition s'effectuera au plus tard le MERCREDI 20 JUIN 2018 à l’adresse suivante : communication@rennes.archi.fr, en précisant en objet « contribution Revue Exercice(s) d'architecture ».

// Les auteurs devront remettre leur manuscrit le LUNDI 3 SEPTEMBRE 2018. Jusqu'à fin septembre, quelques corrections pourront être effectuées à la demande des membres du comité de rédaction. La parution de la revue EXERCICE(S) D’ARCHITECTURE est prévue en janvier 2019.

// Les manuscrits pourront faire l’objet d’un refus de la part du comité de rédaction, en raison d’une orientation différente de celle énoncée dans la proposition, d’une incohérence en fonction des autres articles présentés, du non-respect des consignes éditoriales et iconographiques, …


Pour plus de renseignements :
Carole LOISEL-SOYER - Responsable communication
Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Bretagne
44 bd de Chézy - CS 16427 - 35064 Rennes
Tel : 02 99 29 68 04

[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

CFP - Changing landscapes / Changing the landscapes of terror and threat: materialities, bodies, ambiances, elements
par International Ambiances Network on 


Changing landscapes / Changing the landscapes of terror and threat: materialities, bodies, ambiances, elements

Call for Papers for a session at the 2018 RGS-IBG Conference
Convenors:
  • Sara Fregonese (University of Birmingham)
  • Suncana Laketa (University of St. Gallen)
  • Damien Masson (Université de Cergy-Pontoise)

Sponsored by the Political Geography Research Group (PolGRG)

We are witnessing an upsurge of deadly acts of terrorism. In Western Europe, for example, the number of incidents has remained stable, but deadly attacks have increased, from 2.7% in 2012 to 7.2% in 2015 and 11.2% in 2016 (Source: Global Terrorism Database). The landscapes of terror and terror threat are complexly interwoven with those of conflict, radicalization, grievance and displacement in and from the Middle East and the so called Islamic State. While IR and terrorism studies struggle to analyze, index and measure the increasingly elusive structures of Jihadi terrorism, and critical security scholars assess the deployment and effectiveness of counter-terrorism measures, the contemporary impact of jihadi terror and terror threat on the everyday landscapes are understudied.

The session addresses this gap, by bringing attention to new spacings of terror and terror threat that go beyond the representational, state-centred, and territorial framings of national security, risk and resilience, geopolitics and identity studies. Katz’s work on security, performativity and the everyday urban environment (Katz 2007) is updated here and the research question and analysis pushed further into the everyday visceral materialities, bodily experiences, elemental aspects and ambiances/atmospheres that compose the changing landscapes of terror and terror threat.

Conversely, terror and terror threat as research objects might provoke epistemic shifts within the paradigms underlying the ‘atmospheric turn’, notably by shifting their phenomenological focus towards a critical and (geo)political one. If so, in what ways can affective and atmospheric sensitivities be reconciled with social and cultural understandings and engagements with terror and terror threat?

We invite papers that address the above points within themes including:
  • Living with to terror and terror threat
  • Responding, reacting, coping, absorbing: extraordinary violence and ordinary experiences
  • Governing/regulating public experiences of and responses to terror
  • Studying terror within the atmospheric turn
  • More-than-human landscapes of terror and terror threat
  • Performances of terror/security in public space?
  • Elemental geographies of terrorism and terror threat
  • Atmospheric/material/elemental/bodily histories of urban terror and terror threat
  • Representing, visualizing and/or mapping the everyday, embodied, elemental and ambient geographies of terror fear and threat
  • Collecting, grasping, and other sensory methodologies to understand the mundane feelings/affects/intensities of terror and terror threat

Please send abstracts of no more than 250 words to Sara Fregonese (S.Fregonese@bham.ac.uk), Sunčana Laketa (suncana.laketa@unisg.ch) and Damien Masson (damien.masson@u-cergy.fr) by 9th February 2018. Thank you for including title, author affiliation and email address.


[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

CFP - Experimenting on ambiance with architecture
par International Ambiances Network on 


Call for papers for a special issue of Ambiances, International Journal of Sensory Environment, Architecture and Urban Space



Coordinated by Grégoire Chelkoff

Deadline for the submission of full papers is 1st March 2018.

The experimental notion and the conduct of specific experiments can be applied to a large number of research processes, but we nevertheless to look at their relevance to architecture and the configuration of ambiances. In this issue we shall be investigating experimenting on ambiances, or rather through ambiances, in the sense that the aim is not just to describe existing or given situations as such (with the possibility that they may include a certain type of experience), but also to set up the modalities of “making ambiance”, in order to derive elements with a bearing on theory, method or technique. So our purpose is to confront basic concepts and tools upstream from the project properly speaking, by only approaching the latter in part, or even outside its strict normative framework. How can research on architectural and urban ambiances come to grips with experimentation? How can ambiance phenomena be explored in greater depth or discovered through spatial experimentation? Or how can such experimentation be built or conceptualized on the basis of assumptions regarding ambiance? Often presented as the basis for technical, aesthetic or indeed social innovation, what sort of experimentation can contribute to furthering our understanding, producing artefacts or setting in motion processes of architectural or urban transformation likely to encourage, drive or modify lived-in ambiances?

  • Articles containing 30,000 to 50,000 characters (including spaces) with illustrations
  • Reception date: March 1st 2018
  • Initial feedback to authors: May 2nd 2018
  • Publication: October 2018
  • Please respect the submission guidelines of the journal: https://ambiances.revues.org/221
  • Send the papers to: journal@ambiances.net






Coordonné par Grégoire Chelkoff

Si la notion expérimentale et la conduite d’expériences particulières peuvent être appliquées à un grand nombre de processus de recherche, il convient d’en examiner la pertinence au regard de l’architecture et de la configuration d’ambiances. Nous interrogeons dans ce numéro l’expérimentation des ambiances, ou par les ambiances, au sens où il ne s’agit pas seulement de décrire des situations existantes ou données comme telles (pouvant inclure aussi un certain type d’expérience) mais de mettre en place des modalités de « faire l’ambiance » pour tirer des éléments d’ordre théorique, méthodologique ou technique. Il s’agit en ce sens de confronter les concepts et outils fondamentaux en amont du projet proprement dit en approchant celui-ci partiellement, voire en dehors de ses cadres normatifs stricts. Comment la recherche sur les ambiances architecturales et urbaines peut-elle se saisir de l’expérimentation ? Comment des phénomènes d’ambiance peuvent être approfondis ou découverts par le biais d’expérimentations spatiales ou comment ces expérimentations peuvent-elles être construites ou pensées sur la base d’hypothèses relatives aux ambiances ? Souvent présentée comme support de l’innovation tant technique, qu’esthétique ou sociale, quel type d’expérimentation peut faire avancer la construction de connaissances, la production d’artefacts ou la mise en mouvement de processus de transformations architecturales et urbaines susceptibles de favoriser, d’entraîner ou de modifier des ambiances habitées ?

  • Articles de 30000 à 50000 signes, espaces compris et illustrés
  • Date de réception : 1er mars 2018
  • Premier retour aux auteurs : 2 mai 2018
  • Publication : Octobre 2018
  • Suivez les notes aux auteurs de la revue pour la mise en forme : https://ambiances.revues.org/163
  • Envoyez vos articles à : journal@ambiances.net



[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

6th Cresson' Winter School - Sonic Transect
par International Ambiances Network on 


Sonic Transect: Questioning the territories of energy by sound - From comfort to ambiences in inhabited spaces.

6th Cresson' Winter School
Graduate School of Architecture of Grenoble, from Monday 22nd to Friday 26th January 2018

Questioning the notion of comfort in the urban environment focuses attention on our relationship with the inhabited spaces. In this thematic school, the notion of comfort will be investigated in the so-called « innovative » districts targeting energy transition, as is the case of the Presqu’Île in Grenoble. By identifying the various amenities of the territory, and by capturing what reveals the standardized comfort (seeking a homogenization of sensation) and what reveals the sensory comfort (searching, on the contrary, a variation of sensation), this will open a new reflection that questions the relationship between a sensory diagnosis capable of carrying prospective design intentions and an urban development model that is still evolving.

Deadline for registration: December 25th 2017

Organized by Sylvie Laroche, Noha Gamal Said, and Théo Marchal.      

For further information, please see: https://ehas.hypotheses.org/1409


[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Appel à contributions - Sensibilités, émotions et relations
par International Ambiances Network on 


Appel à contributions “Sensibilités, émotions et relations” - Nouvelles perspectives en sciences sociales

La revue Nouvelles Perspectives en Sciences Sociales  ouverte à toutes les disciplines des sciences sociales lance un appel à contributions pour un numéro sur le thème « Sensibilités, émotions et relations » (Vol. 14, n°1 : parution novembre 2018).

Calendrier

  • Publication de l’appel : septembre 2017
  • Déclaration d’intention : jusqu’au 15 décembre 2017
  • Date limite d’envoi des articles : 30 avril 2018
  • Parution du numéro : novembre 2018

Présentation du thème

Nos relations sont pleines d’émotions. Lorsqu’elles n’en sont pas le motif même, elles nous en révèlent le sens et la valeur.  À l’évidence, émotions et relations sont étroitement liées. D’ailleurs, l’affectivité – entendue comme modalité englobant et conditionnant les différentes formes de la sensibilité – comporte la relation elle-même, celle d’un sujet à lui-même, à d’autres sujets, à une société, au monde. L’émotion n’existe que dans la relation et ses manifestations ne cessent de questionner cette relation. Dès lors, que nous apprend l’étude des différentes modalités de l’affectivité sur cette relation qui est le fondement du social et, réciproquement, que nous apprend l’étude des relations sociales sur la mise en forme et l’expression de ces manières d’être sensible ? Bref, que peut-on dire de l’affectivité envisagée comme processus relationnel ?

Au-delà des effets d’annonce, des « révolutions » et des « tournants » émotionnels ou sensibles invoqués depuis plusieurs décennies, il demeure une réalité, celle de l’expansion de la question affective à l’ensemble des sphères de la société. D’un côté, l’essor des neurosciences notamment a entraîné un intérêt grandissant pour l’émotionnel, lequel s’est largement diffusé dans tous les pans de la société. La tendance naturaliste que reflètent ces approches, réduisant les affects aux indices de leur manifestation [1], au risque d’oublier ce qu’il y a de proprement social dans cette modalité particulière de l’affectivité, doit nous interroger sur la construction de nos connaissances sur ces phénomènes et ses effets. D’un autre côté, le constat d’une émotionnalisation [2] des sociétés nous indique que la relation aux autres et au monde est de plus en plus évaluée à l’aune de l’expérience affective. Dans ce nouveau régime relationnel, travaillé entre autres dans les domaines de la philosophie et des arts, l’émotion est devenue un véritable ressort de l’évaluation de nos manières d’être et d’agir. Pouvant être perçue comme une ressource permettant la mobilisation et l’action, elle interroge néanmoins sur l’inégale répartition des capacités à être sensible et les difficultés qui en résultent d’accès à un espace politique commun. On doit donc également questionner cette modalité affective et la façon dont elle est susceptible de guider les rapports, les organisations et les choix relatifs à l’avenir des sociétés. De quels outils conceptuels et de quelles méthodes dispose-t-on pour appréhender ces ouvertures politiques sur le monde sensible ?

À contre-courant des différentes « voies d’approche [3] » qui se sont développées autour de ces questions, la « perspective relationnelle [4] » esquissée par certains auteurs, par l’attention privilégiée qu’elle porte à ce qui se déroule entre le sujet et l’objet, et moins à l’expérience subjective des phénomènes, nous semble particulièrement prometteuse. C’est précisément cette voie que souhaite explorer ce numéro thématique de la revue Nouvelles perspectives en sciences sociales. Tandis que les différentes disciplines des sciences humaines et sociales ont longtemps opposé des perspectives épistémologiques souvent considérées comme irréconciliables, elles n’ont fait – à force d’approfondissement et d’hyper-spécialisation – qu’accroître l’aporie de l’irréductibilité de ces différentes conceptions, et ont participé, ce faisant, à éloigner l’horizon d’une possible compréhension de ces processus complexes. Dans ce contexte, la perspective relationnelle apparaît comme une opportunité, un prétexte au rapprochement et au dialogue de ces travaux, à travers une démarche qui favorisera, au sein de ce numéro, l’interdisciplinarité et l’analyse des types de relations affectives construites par les sociétés, saisies notamment dans leurs dynamiques et leurs évolutions à travers le temps. Seront convoqués des textes s’intéressant aux différentes formes de la sensibilité avant tout comme composantes de la relation et, plus généralement, au processus affectif comme mode relationnel des sujets en société.

Il s’agira, à travers les contributions à ce numéro thématique, d’envisager le procès affectif dans toute sa « complexité », pour comprendre certes ce qu’il fait au sujet, mais surtout ce qu’il fabrique de social, comment il est à la base des dynamiques relationnelles qui fondent la société. En plaçant de la sorte l’affectivité sur un même plan que la rationalité, on reconnaîtra que toute action n’est pas purement intentionnelle, que l’acteur social n’est pas réductible au mode de l’intérêt et on tâchera ainsi de mesurer les conséquences au plan social et politique de la prise au sérieux du fait que les comportements des acteurs sont à la fois rationnels et émotionnels [5].

À travers cet appel à contributions, nous invitons les chercheurs à penser les affects,  non plus simplement comme un type de relation parmi d’autres, ou seulement comme un « supplément d’âme » à la relation, mais en considérant qu’ils sont la qualité de la relation [6], qu’ils en sont indissociables, et qu’à ce titre ils constituent à la fois un matériau et un outil permettant de comprendre et d’analyser les dynamiques qui fondent le social.

L’analyse du procès émotionnel reviendra dès lors à intégrer les émotions et les relations dans l’effort de modélisation du social, en tant que celles-ci fabriquent l’action. D’un point de vue méthodologique, on pourra s’interroger sur les démarches et les dispositifs qui visent à appréhender les différentes facettes de l’affectivité ; comment celles-ci participent à délimiter les acceptions du phénomène, et comment on peut les appréhender en contexte relationnel ? Dans quelle mesure l’approche relationnelle de l’affectivité implique-t-elle un renversement des méthodes d’enquête classiques, principalement centrées sur l’expérience individuelle des vécus émotionnels ?

Consignes aux auteurs

Cet appel à contributions s’adresse aux chercheurs de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, sans exclusive quant aux approches, aux méthodes, ou aux périodes historiques.Les auteurs intéressés par la thématique annonceront leur projet au coordinateur du numéro, Benoît Feildel (benoit.feildel@univ-rennes2.fr), ainsi qu’au rédacteur en chef de la revue Nouvelles perspectives en sciences sociales, Claude Vautier (claude.vautier@ut-capitole.fr).

Les articles proposés devront respecter les normes éditoriales de la revue disponibles à l’adresse http://npssrevue.ca/guide/, dans la rubrique « Guide des auteurs » aux onglets « Consignes générales » et « Bibliographie et notes ».

Les auteurs feront parvenir aux mêmes adresses leur texte au plus tard le 30 avril 2018.

Les textes qui traverseront avec succès le processus d’évaluation seront publiés dans le numéro thématique « Sensibilités, émotions et relations » de la revue Nouvelles perspectives en sciences sociales (Volume 14, numéro 1 à paraître en novembre 2018).

Références

[1] Honneth Axel, La réification. Petit traité de Théorie critique, Paris, Gallimard, 2007.
[2] Holmes Marie, « The emotionalization of reflexivity », Sociology, Vol. 44, n°1, 2010, p. 139-154. ; Illouz Eva, Les sentiments du capitalisme, Paris, Editions du Seuil, 2006.
[3] Bernard Julien, « Les voies d’approche des émotions », Terrains/Théories, 2, 2015, http://teth.revues.org/196
[4] Laflamme Simon, Communication et émotion. Essai de microsociologie relationnelle, Paris, L’Harmattan, 1995 ; Tcherkassof Anna, Fridja Nico H., « Les émotions : une conception relationnelle », L’Année psychologique, Vol. 114, n°3, 2014, p. 501-535.
[5] Laflamme Simon, Communication et émotion. Essai de microsociologie relationnelle, Paris, L’Harmattan, 1995.
[6] Feildel Benoît, « L’émotion est ce qui nous relie », Nouvelles perspectives en sciences sociales, Vol. 11, n° 2, 2016, p. 233-259.


[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

 
Flux RSS